QU'EST CE QUE LE STORYTELLING?

Tout le monde en parle, mais peu savent ce que c’est.

 

Et pour cause. Le storytelling est multiple et intervient dans plusieurs disciplines.

 

Fondamentalement, il  s’agit juste de raconter une histoire… De là à faire le raccourci de penser que c’est « raconter des histoires », ce serait une erreur grossière.

 

Le storytelling c’est un autre nom donné à l’ensemble (dramaturgie + style).

 

Le storytelling, c’est avant tout l’art du conteur, celui de proposer une histoire avec un début, un milieu, une fin, un héros, du danger, quelque chose de palpitant et peut-être une morale.

 

Le storytelling, c’est l’art de transformer des faits en récit.

 

Il s’agit d’un effort de structuration qui va donner du sens et être vecteur d’émotion.

 

Toute activité humaine repose sur de la fiction. C’est la thèse de Yuval Harari dans Sapiens : la domination d’Homo Sapiens sur les autres espèces (y compris Neandertal) vient de son habilité à se regrouper autour d’une fiction collective (le groupe, l’appartenance à un « peuple », plus tard à un « pays », une religion, un parti politique…).

 

Donc créer une bonne fiction, c’est emporter l’adhésion.

 

Il ne s’agit en aucun cas d’inventer, il faut juste ordonner et révéler, selon des structures canoniques ancestrales. Tout individu a une belle histoire à raconter. Vivre est héroïque en soi. Toute entreprise humaine a une histoire à raconter. C’est une aventure qui fait face à mille périls, avec des buts louables, in fine, à quelques exceptions près.

 

Une fois que la trame est trouvée, que les actes sont posés, que le nœud dramatique le plus efficace commence l’histoire, il n’y a plus qu’à dérouler. Mais attention, il y a des téléfilms, et de grandes épopées inoubliables, ce n’est pas à la portée du premier venu. Et le spectateur est toujours plus exigeant…

 

Et ici arrive le style. Et le style dans sa forme est porteur de sens également. Un storyteller est donc aussi un copywriter, ou un écrivain, tout simplement, pour en finir avec les barbarismes, qui a tout un langage, une grammaire, une ponctuation et aujourd’hui des émojis même à sa disposition ! On pourrait en faire des pages...

 

Enfin le storytelling est une méthode de raisonnement dans l’interaction, où l’on place son interlocuteur à la position centrale du récit pour entrer en empathie avec ses besoins. Mais c’est encore une autre histoire…